Actus

Criminalité faunique à Makokou

Beaucoup de criminalité faunique. C’est la seule chose qu’on peut dire aujourd’hui sur la protection des fauves qui est donc faible. Les fauves ne disparaissent pas du fait de la nature et de l’évolution. Mais du fait de l’homme donc en particulier la panthère.

criminalité faunique
panthère de floride

La criminalité faunique punie.

GABY Ekogha Bikegne, un jeune gabonais de 39 ans a été puni par le Gabon juridiquement et emmené en détention provisoire à la prison centrale de Makokou pour avoir abattu une panthère.

Les agents et la province de la direction générale des recherches a constaté que Makokou avec interpellation a son domicile et dénonciation de ses voisins avait récupéré le cadavre d’une panthère. Donc lors de la perquisition de son domicile, des restes de panthère ont été trouvés!

La Défense du criminel

“Elle serait tombée dans un piège” dit il. Il annonce avoir posé un piège non loin de chez lui et qu’une panthère se serait piégée dedans. Blessée et agitée il l’a donc abattue. Le fait est que sa version pourrait être vraie et fausse en même temps. Mais le fait est qu’il n’a pas prévenu les autorités de cet acte qui de plus est un acte répréhensible étant donné la menace de l’espèce.

La vraie image de la criminalité faunique

Le criminel l’aurait transporté chez lui et dépecé sans scrupule. Il serait régalé de sa viande en conservant sa peau pour la vendre plus tard. Le gigot et le foie de la panthère ont été retrouvés chez lui et incités par l’agence nationale des parcs nationaux et un officier de police judiciaire. Donc La peau a été scellé par la tribunal de Makokou. C’est triste que la commune continue sa lutte contre la chasse aux panthères. La criminalité faunique est forte et compliquée. Beaucoup de panthère meurent et leurs morts restent impunis.