Croissance des panthères - Jeune Panthère
Panthère Sauvage

Le braconnage : l’ennemi des panthères

Les deux principales causes de la disparition massive des panthères sont la déforestation et le braconnage, dans tous les lieux d’habitat naturel de la panthère… de nombreuses études montrent que la population de panthères est en forte diminution.

Les sources du braconnages

Les panthères sont tuées pour la mode, leurs peaux sont ensuite transformées en accessoire

Le léopard est un animal protégé au titre de l’annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Ce qui n’empêche pas le braconnage de l’espèce de persister.

Le braconnage désigne le fait de chasser illégalement un animal protégé, ce phénomène peut être mafieux, commercial, culturel ou encore à des fins récréatives.

Différentes raisons justifient ce phénomène selon les lieux :
Dans certains pays d’Asie les os et autres parties de la panthères ont la réputation d’être bénéfique en médecine chinoise.

Dans de nombreux pays d’Europe, Russie ou Asie la fourrure de panthère est accessoire de mode très prisé sous forme de manteau ou autre vêtement.

En Afrique du sud, dans certaines tribus tel que les Zoulous, la peau de panthère apporterait de la force et du pouvoir.

Dans de nombreux pays d’Afrique, la panthère est chassée à des fins récréatives. C‘est un sport local dont le but est d’obtenir des trophées de chasse.

Dû à la diminution de son territoire, la panthère peut chasser parfois de bétail des hommes afin de trouver de la nourriture ce qui conduit à des conflits, la chasse de panthères est également un moyen pour les éleveurs de défendre leur bétail.

Le braconnage est fortement encouragé par différent réseaux mafieux qui font le commerce des panthères sauvages (mortes ou vives)

Chiffres clés :

Aujourd’hui, le braconnage et le trafic d’espèces menacées est le 4ème plus grand trafic dans le monde, après le trafic de contrefaçons, de drogues et d’êtres humains. Selon les estimations de l’IFAW (une ONG de protection animal), le commerce illégal du braconnage pèserait entre 15 et 17 milliards de d’euro par an.

Dans certains pays d’Afrique, la pratique de la chasse est toujours autorisée.

La panthère est chassée pour sa fourrure : en 1970, à peu près 50 000 panthères étaient tuées chaque année pour la fabrication de manteaux. La CITES a interdit ce commerce en 1975.

Malgré tout différents réseaux mafieux mettent en place un économie souterraine et parviennent à contourner la législation. De plus, des « dérogations » existent à la CITES. Certains pays d’Afrique autorisent toujours la pratique chasse « sportive ». En effet certains chasseur sont prêts à payer près de 35 000 euros pour tuer une panthère.

Afin de continuer à bénéficier de ce business, l’Afrique du sud par exemple limite la prise de panthère à 150 spécimens par an. En Namibie, les organisateurs de safaris illégaux proposent souvent aux touriste la chasse de panthère avec des chiens

Lutte contre le braconnage et protection des panthères

Certaines ONG mettent également en place des programme d’élevage dans un but de conservation de l’espèce. Elles ont également crées des parcs et réserves ce qui contribue à la protection de leur habitat naturel.

Grâce à l’action de nombreuses associations et organisations internationales qui mettent en place un travail de sensibilisation des population locales, de plus en plus de pays s’engage contre le braconnage.

Récemment, un tribunal en Thaïlande a condamné un PDG à 16 mois de prison pour le braconnage d’une panthère.